backdraft

Synopsis:

Deux frères, Stephen et Brian McCaffrey, se destinent au métier de pompier après avoir assisté à la mort tragique de leur père, officier d'élite de la 17e caserne des sapeurs-pompiers de Chicago. Vingt ans plus tard, si Stephen est devenu un pompier émérite, Brian vit de petits boulots. De retour à Chicago, il décide néanmoins de reprendre son entrainement sous l'œil sceptique de son frère. Mais celui-ci doit également se concentrer sur une nouvelle vague d'incidents criminels qui frappe la ville : des flammes éclairs, des backdraft, ces incendies qui s'éteignent d'eux-mêmes dans le propre souffle de leur explosion, terrassent un à un d'anciens collaborateurs du maire...

Critique:

C'est un film que je n'avais pas vu depuis longtemps, un film qui m'as toujours ému pour énormément de raison dont la première c'était le film préféré de ma mère. Je lui dédie cette critique a elle qui nous as quitté le 18 Avril. Elle avait été enchanté par le film, mais désespérer des relations entre frères, nous faisant promettre a mon frère et moi de ne jamais se détester, depuis j'y pense souvent. C'est aussi l'un des rares films sur le monde des pompiers, puis qui n'a jamais rêver d'être pompier ??? Moi cela m'est arrivé et la qualité générale du film aussi est un argument, Backdraft est un film sortie en 1991 et réalisé par Ron Howard.

Dennis McCaffrey est un pompier émérite qui a deux fils; deux gamins au profils différents qui se dispute l'amour de leur, Brian et Stephen se destine a reprendre le flambeau de leur papa. Un jour d'intervention comme les autres c'est Brian qui accompagne son père, mais cela ne sera pas le bon jour, son père décèdera sous ses yeux. Vingt ans plus tard, les deux frères ont bien évolué, ils ne s'entendent pas du tout, Stephen est devenue chef de caserne, pompier tenace et teigneux et de l'autre coté Brian qui ne cesse d'aller venir dans ce petit microcosme, creusant encore plus l'écart entre tout les deux, mais finalement ils vont se retrouver dans la compagnie de Stephen, la fameuse 17 qui fascine. Le tableau serait presque idyllique si un pyromane ne flambait pas tout ce qu'il bouge.

Au final le film de Ron Howard nous bouleverse, nous fais couler une larme a la fin, car au delà d'un film d'action particulièrement réussis, il est aussi question de fraternité, symbolisé par les pompiers ainsi que par la relation des deux frères, des rapports houleux, jaloux l'un de l'autre, c'est a la fin qui se réconcilieront, un enjeux dramatique palpable que l'on pressent longtemps a l'avance mais qui sais se faire attendre, en parallèle a l'histoire de c'est deux frère on a une intrigue digne d'un policier, ou l'argent a pervertis les hommes, c'est la que Ron Howard signera des moments d'anthologie, des scènes d'incendie réaliste, impressionnante, immenses, il personnalise le feu qui devient insidieux, intelligent et bien plus mortel qu'il semble être, des effets spéciaux très bien réalisé et qui ne vieillissent pas, une partition vraiment bonne et qui ressemble au film. C'est aussi un belle hommage au pompiers, ou l'on voit clairement qui ils sont, de simple hommes qui font leur boulots, ainsi que des héros …

Un castings flamboyant; tout d'abord William Baldwin l'un des innombrable frère dont on se trompe a chaque fois quand on les vois, pour une fois celui la ce débrouille vraiment bien, il ne joue pas que sur son physique; Kurt Russel est bien meilleur que Baldwin, lui donnant la réplique a merveille jouant un personnage meurtris par la vie, par la relation avec son frère; on trouve aussi de sacré monstres du cinéma; Mr Donald Sutherland qui tient un petit rôle, mais un rôle clé, celui d'un pyromane psychopathe, inquiétant, fascinant qui aidera a arrêter le suspect; Robert de Niro que l'on ne présente plus en enquêteur des pompiers; Scott Glenn qui joue les pyromane est vraiment convainquant, cachant bien ces émotions pour tromper son monde; on trouve aussi en rôle féminin; Rebecca de Mornay, belle et digne; Jennifer Jason Leigh arriviste et ambitieuse ...

Un bon film d'action, mélant aussi l'émotion au récit et un bel hommage au monde des pompiers